Comme le rappelle Mehdi Berrada, le DGA, l’organisation et le management modernes sont une invention récente, 120 ans tout au plus. Avec les effets de plus en plus visible des organisations en râteau, du gâchis des ouvriers considérés comme des bras seulement aptes à conduire des machines, de la confusion entre maîtrise de son budget et de son environnement, du manque d’investissement des employés conséquence du  manque de prise en compte de leurs aspirations personnelles, etc.

 

Chez Poult – 750 employés sur 5 sites – « on construit ensemble une entreprise citoyenne où la liberté et la confiance en ses hommes assurent la performance et la sérénité ». Les employés se sentent bien et les visiteurs disent que ça se voit.

Chez Poult, on crée les conditions pour que les employés puissent faire leur travail le plus efficacement possible, on s’efforce ensemble de réconcilier l’homme et la performance. Est-ce que le jardinier mesure ses plantes tous les jours pour savoir sui elles poussent bien ? Il se contente de leur créer un environnement favorable dans lequel il sait qu’elles pousseront bien.

La performance est collective et holistique, car découper la performance en tranches n’a pas de sens. Au football, récompenser un arrière droit parce qu’aucun but encaissé n’a été tiré de la droite aurait-il du sens ?

Les 5 valeurs de l’entreprise sont l’affaire de tous : la confiance, la liberté, la transparence, la déhiérarchisation et la décentralisation, la responsabilité vis-à-vis de ses pairs. Chez Poult, on travaille pour des principes, pas pour des processus, ce qui apporte une grande souplesse.

L’autonomie des équipes multi-projets passe par le deuil de la figure paternelle, par le développement de ses capacités d’agir sur son réel. La plupart des décisions, y compris sur les rémunérations, ne passent pas par la hiérarchie.

 

Et à la question finale d’un participant « Pouvez-vous nous parler de l’actionnariat de Poult, familial sans doute, parce qu’il est évident qu’avec un fond de pension on ne pourrait pas mettre en œuvre un tel fonctionnement » , la réponse de Mehdi Berrada surprit toutes la salle « Poult appartient à un fond de pension…..Ce n’est pas une question d’actionnariat mais de volonté du dirigeant ». Applaudissements.