Co-construction et coopération

MOM21, représenté par son président Bernard Rohmer, intervenait Vendredi 3 juillet au CNAM – dans le cadre de la Biennale de l’Education et de la Formation : coopérer – au colloque « Construire des coopérations pour apprendre et s’affirmer professionnellement« : exemple de la branche du BTP.

Animé par Jean-Louis Chapelet, l’atelier 2 sur la formation professionnelle a permis à Jean-Luc Ferrand, enseignant-chercheur à la chaire de formation des adultes au CNAM, et Bernard Rohmer, consultant et président du MOM21, de répondre aux questions de l’assistance et de nourrir les différents échanges qui ont permis de croiser les expériences et les échanges.

Une matinée très enrichissante et reflet des évolutions en mouvement dans une branche qui cherche à faire évoluer ses pratiques pédagogiques vers la coopération et la co-construction en y associant tous les acteurs.

En ce Vendredi 26 juin de l’an 15, 40 membres du MOM21 avaient répondu présent pour ces premières rencontres, dans un cadre champêtre agrémentés de canards et de cygnes, à 50 mn de Paris. Le rendez-vous matinal du bus prévu à la Porte Maillot s’est déplacé à la Porte Dauphine pour éviter le blocus des taxis. Enfin à 9h20 tout le monde était réuni pour un Warm Up où chacun écrivait sur un carton ce qu’il avait envie de partager et, les cartons battus et redistribués au hasard, devait retrouver l’auteur du carton et échanger sur son envie. Rires, croisements, annonces à l’encan et premiers échanges.

Rapatriement dans l’amphithéâtre au frais et à l’ombre pour évoquer l’histoire du MOM 21 et répondre aux nombreuses questions (celles qui n’ont pas eu de réponse seront postées sur le site).

Redéploiement par petites tables en extérieur pour 20 mn de Speed Meeting ou chacun répondait à 3 questions sur un post it  (1. quel est mon talent ? 2. qu’est-ce que je viens chercher au MOM ? 3. qu’est-ce que je peux apporter ?) et échangeait avec ses voisins, avant une séance collective des collage des post it sur les panneaux. Repérage des personnes avec lesquelles je veux échanger et entretiens à 2 en 10 rounds de 6 minutes.

Passage rapide par l’amphithéâtre pour recenser, élire et présenter les thèmes des ateliers et travaux en sous-groupes sur les 5 ateliers retenus, égayés dans les salle ou sur la terrasse. 45 mn pour phosphorer, 30 minutes d’essaimage dans les autres ateliers et 30 mn de retour à son atelier d’origine pour synthétiser et rédiger le compte-rendu final.

Quelques personnes vexées que leur thème d’atelier n’ait pas été retenu ont créé un Sous-Groupe Piscine (le thème de la journée était « le bonheur au travail »)

Restitution en amphithéâtre des 5 ateliers et 5 à 7 en Happy Hours que certains ont passé dans l’herbe à discuter, d’autres à feuilleter les ouvrages du stand de bibliographie, d’autres à poursuivre les échanges commencés dans la journée.

Diner en demi-effectif et départ à 21h30 du bus pour la Porte Maillot enfin libérée !

Nous tenons à remercier tout particulièrement Anne Sénateur qui nous a guidé dans le démarrage du projet, Gaspard Michelin de Wild is the Game pour la conception et l’organisation de cette journée, et au cabinet Islean Consulting pour la dynamique animation de Philippe et Guillaume.

Nous vous donnons rendez-vous en 2016 pour les Rencontres 2 !

Jeudi 21 et Vendredi 22 mai avaient lieu, à l’hôtel du Golf de Deauville, les Rencontres annuelles des responsables des relations entreprise des Grandes Ecoles du Chapitre, réunissant les grandes écoles de gestion et de management. MOM21 était présent le Vendredi matin avec 4 représentants d’entreprise et l’APEC pour présenter différents aspects des évolutions en cours et à venir dans les entreprises. Une matinée très riche de l’avis des participants, qui ont de la matière à rapporter à leurs directions pour permettre aux écoles d’adapter leur programmes aux évolutions. L’intervention de Bernard Rohmer sur les entreprises libérantes et l’impact sur les modes de management n’a pas laissé les participants indifférents. Des suites à prévoir…

« Un petit patron naïf et paresseux« 

Le 1er avril, Jean-François Zobrist, 47 ans de « carrière libre » à son actif, était l’invité de l’AFraME et de l’association MOM21. Dirigeant de la fonderie FAVI de 1980 à 2009, il revendique d’en avoir fait une entreprise où les ouvriers décident de tout. Convaincu qu’il n’y a pas de performance sans bonheur, et pas de bonheur sans responsabilité, il a décidé de laisser ses ouvriers s’autogérer en supprimant les échelons hiérarchiques…

« Un petit patron naïf et paresseux » ? C’est le titre décalé du livre autobiographique de Jean-François Zobrist, tout à l’image du personnage malicieux et décoiffant qui a « libéré » la fonderie FAVI et assuré son succès pour en faire le leader mondial de l’alliage cuivreux. Pourtant, le petit homme n’était pas tombé de la dernière pluie et n’a certainement pas chômé pour assurer la pérennité et la performance durable de l’entreprise picarde !

Sa recette : une méthode de management unique, fondée sur la confiance et la responsabilisation : « Chez Favi, les ouvriers décident de tout, sans contrôle« , explique-t-il. « Chacun est libre de faire ce qu’il veut, dès lors que cela sert l’intérêt d’un client interne ou externe, et que cela respecte le principe que l’homme est bon. Sinon c’est la porte ! «

On touche là au cœur du système Zobrist. Pour lui, « l’homme bon ne fait pas exprès d’arriver en retard, n’a pas besoin de pointages ni de contrôles, sait s’organiser, est hyper réactif, a une conscience innée de la qualité,… Quand on contrôle tout, les mauvais prolifèrent. »

Le patron a « libéré l’entreprise des improductifs, des contraintes, des exclusions…» et ne tolère que deux fonctions : « les créateurs de valeurs ajoutées et les chercheurs de chiffres d’affaires futurs« . Exit les autres, les « parasites » !

Inspirée de la méthode Kaizen d’amélioration continue, ce mode de management innovant est incontestablement à l’origine de la résistance de Favi à la concurrence internationale et de sa réussite. Car Jean-François Zobrist a créé un système dans lequel l’ouvrier heureux génère la performance.

« On n’impose pas le bonheur, on met en place les conditions de son émergence », rappelle-t-il. Le Chef de l’entreprise, soucieux de créer de la valeur ajoutée, s’attachera donc à rappeler aux RH qu’ils ont une mission essentielle : Rendre Heureux ! Le bonheur en entreprise passe par la libération de l’ouvrier, son autonomie, les responsabilités qui lui sont données, mais aussi par le respect, la complicité et beaucoup d’humanité.

« L’entreprise libérée ne peut l’être que si le patron aime les hommes », conclut-il. C’est incontestablement l’amour de l’autre qui a guidé Jean-François Zobrist tout au long de sa carrière : « Je ne crois pas en un dieu quelconque, mais je crois en l’homme ! »

Marie-Laure Meunier

FAVI-Le-petit-patron-naif-et-paresseux

Vision 2014 et 2015 du MOM21

En avant première, les nuages de mots qui ont été construits à partir des 2 ateliers – votre vision de l’année écoulée 2014 et votre vision de l’année 2015 – répartis en 8 tables regroupant plus de 70 personnes.

NUAGE DE MOTS #1

NUAGE DE MOTS #2

Bernard Rohmer

Poult : l’open innovation

Camille Panassié, responsable innovation de l’entreprise Poult, nous a fait le plaisir d’animer l’atelier innovation du 15 janvier 2015 à 8h30. Elle nous a dévoilé les secrets de Poult pour faire des tous les salariés des créatifs actifs. Les 25 participants de l’atelier sont tombés sous le charme et l’enthousiasme communicatifs de Camille et de l’aventure Poult. Compte-rendu sous quelques jours….

Après une présentation rapide et complète du mode de fonctionnement « libéré » de Poult, Camille nous parle de « l’open innovation » qui permet à tous les salariés d’être acteurs de l’innovation dans les activités de tous les jours. L’intrapreneuriat est fortement encouragé, un incubateur interne du groupe permet aux candidats de lancer leur propre projet. Poult développe un « start-up  programme » dans lequel il noue des partenariats avec des acteurs locaux innovants.

Camille explique que tous les collaborateurs ne souhaitent pas s’investir dans des projets transverses, que la participation aux groupes de travail est libre et qu’il est nécessaire de faire un travail de pédagogie pour convaincre les réticents. Poult privilégie le mode 3.0 dans lequel on privilégie le prototypage rapide, quitte à se tromper parfois, comme pour la ligne « petits-déjeuners » en sous-utilisation. Mais innover c’est accepter de se tromper, et la croissance et les résultats du groupe prouvent que cette politique est efficace.

Confiance et pédagogie sont les clés du modèle collaboratif. Il y a plus d’intelligence dans 450 têtes que dans une seule, fût-elle bien faite…..

Bernard Rohmer

 

 

Entreprise libérée

Sans se départir de son humour bienveillant, Alexandre Gérard, président d’Inov-On, entreprise libérée s’il en est, nous parle à livre ouvert des difficultés qu’il a rencontrées dans la libération de son entreprise, composée d’équipes éclatées sur tout le territoire et à l’étranger et composée de techniciens des Travaux Publics intervenant « les pieds dans la boue ». Son intervention a été complétée par une analyse pertinente par Jean-Marc Sauret, sociologue, de l’évolution du contexte du travail rendant incontournable une approche qui ramène la décision au niveau local.

Dans les phrases qui ont animé Alexandre dans son aventure et qu’il nous confie :

  1. Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin
  2. J’ai envie que ça change mais qu’est-ce que je suis prêt à changer en moi
  3. C’est pas que les gens n’aiment pas changer, c’est qu’ils n’aiment pas qu’on les change
  4. et la plus difficile à comprendre : mon Dieu quels efforts il faut faire pour ne pas agir !

Les 3 conditions sur lesquelles s’appuyer pour libérer l’entreprise :

  1. nettoyer les signes de pouvoir
  2. créer un environnement nourricier
  3. laisser des espaces ouverts pour que le terrain puisse décider

Il reste à dire toute notre reconnaissance à Alexandre pour sa riche et intéressante intervention.

Bernard Rohmer

Mise en réseau des intelligences

Coup d’envoi pour le premier atelier du MOM21, avec comme invités Pierre Moorkens, président fondateur de l’INC et co-gérant de l’IME, et Elisabeth Martini associée dans Dialogue & Intelligence Collective, pour débattre du rôle de l’intelligence collective dans la libération des entreprises, au travers de l’expérience de Pierre de la reprise la moitié du site (10 hectares) de Renault Vilvorde en 1999. Pierre reprend avec pour mission contractuelle et engageante face aux partenaires sociaux et gouvernementales de créer 260 emplois nouveaux en 32 mois dans des activités nouvelles. Face aux difficultés qui surviennent rapidement, il donne la parole à tous sans tabous et développe une culture « de l’ECOUTE, de la libération du DIRE, et de collectivement PENSER et AGIR ».

Au travers de plusieurs exemples, Pierre nous apporte une vision nouvelles des rapports humains et des performances qui peuvent naître de cette « mise en réseau des intelligences ». Illustrations appuyées par des apports sur les mécanismes du cerveau humain, cause à laquelle Pierre apporte son soutien financier et pédagogique depuis 1990, contribuant ainsi à l’élévation des niveaux de conscience dans les organisations et à l’appropriation de compétences comportementales menant à plus d’autonomie.

Elisabeth complète la présentation de Pierre en relevant le lien entre complexité et intelligence collective et le rôle primordial de l’écoute des salariés et de la libération de la parole dans le processus de sa mise en œuvre.

Un grand merci à Pierre et Elisabeth pour leur contribution et rendez-vous le 6 novembre pour le 2e atelier avec Alexandre Gérard PDG d’Inov-On, sur le thème « Comment lever les principaux freins à la libération de son entreprise ». Inscriptions sur le site.

Bernard Rohmer

MOM21 rassemble les esprits sur le style de gestion de l’avenir

Bernard Rohmer a animé un atelier intitulé : « MOM 21 gathering minds around the management style of the future » dans le cadre du Global Forum de SOL qui a réuni 400 participants de 35 pays. Les participants ont manifesté leur intérêt pour les activités de l’association. Le 3e jour…MOM 21 a présenté le projet de l’association au Pro Action Booster et tient à remercier les participants aux 3 rounds pour leur contribution et leur créativité. Plusieurs idées seront finalisées dans les mois qui viennent et nous souhaitons que le courant ne s’arrête pas….

Retours graphiques des différents ateliers du Global Forum du 19 au 21 mai

Télécharger le document : modeles auto management entreprises liberees transformation juillet 2013 MOM21