Le Blog

Une journée découverte extra de chez extra !

Intelligence collective en bonne marche voire assurée !

MOM21 a proposé à tous les curieux et aventuriers de l’innovation managériale de participer à sa première journée découverte de 2017 : La collaboration générative, outil inclusif pour une intelligence collective spontanée.

En duo, en petits groupes et tous ensemble,  retour en images !

 

Lire la suite ...

Régate Bonheur et Travail 10-11 juin 2017

Lire la suite ...

Conférence sur l’entreprise du XXIe siècle le 1er déc. à Rennes

Voir information et inscription ici

entreprise_xxi_invitation_v3-565x1024

Lire la suite ...

Projection privée du film « Une entreprise humaniste », le 24 nov. 2016

MOM 21 organise une soirée privée pour découvrir le 3e documentaire du réalisateur Michel Akrich sur la transformation de la miroiterie AVERIA. Après le film « Question de confiance » sur la vie de l’entreprise FAVI, Michel Akrich a saisi sur une période de 6 mois les moments forts de la transformation de l’entreprise AVERIA et il sera présent pour nous en parler après la projection.

Voir article

Le film n’étant pas distribué dans les circuits classiques, il ne peut être visionné qu’en projection privée. Michel vous présentera son modèle de distribution qui s’appuie sur les entreprises et les consultants : un outil au service de la transformation des organisations.

Prix d’entrée de la soirée et un verre offert (18h30- 21h) au Forum 104 :

30 € pour les adhérents de l’association et ses partenaires.

50€ pour les non adhérents

 

Inscription obligatoire avant le 20 novembre sur weezevent

 

Voir le teaser du film

Lire la suite ...

Jeudi 6 à Villeurbanne autour du livre de F. Laloux

Une expérience d’intelligence collective au Palais du Travail de Villeurbane de 18h30 à 21h30

 

Voir informations complémentaires

Lire la suite ...

Soirée-film/débat « Une entreprise humaniste » le 21 nov à Toulouse

Le réalisateur Michel Akrich présentera son film « une entreprise humaniste » tournée dans l’entreprise de miroiterie AVERIA en 2015. Une soirée  en partenariat avec MOM 21 : visionnage du film (1h05) ,suivie d’un forum ouvert.

 

Affiche de présentation

Lire la suite ...

Festival EKLORE Talents & Emplois le 3 octobre

Bernard Rohmer

Le Festival Eklore Talents & Emploi rassemble le 3 octobre à la Cité des métiers 1.000 acteurs engagés pour accompagner l’évolution du travail : des Décideurs, des Professionnels des RH, des Accompagnateurs de l’emploi et des Talents.

Le concept est simple : créer un réseau social réel, humain et positif pour décloisonner les univers professionnels, connecter les solutions à l’emploi existantes et valoriser tous les talents.

Objectif : changer de regard sur l’accès à l’emploi et le travail (et pourquoi pas recruter ou trouver un emploi !)

deroule-de-la-journee-fete

presentation-du-festival-eklore

Lire la suite ...

Témoignage Michelin à l’Agile Grenoble 2015

500 participants pour parler d’agilité à Grenoble

MOM21 Rhône Alpes présentait à la conférence annuelle Agile Grenoble 2015 ce jeudi 19 novembre 4 ateliers, dont celui ci-ci intitulé : Témoignage de la libération en cours chez Michelin. 500 participants étaient au World Trade Center de Grenoble pour cet évènement, c’est beaucoup : qu’est-ce qui pouvait bien les attirer ?

(suite…)

Lire la suite ...

MOM21 Rhône-Alpes invité à une table ronde Volvo Trucks

Pierre-Yves HOSTIN

Le 16 Octobre la DRH de Volvo Trucks invitait MOM21 à une table ronde sur le thème « Remobiliser après un PSE ».

Pierre-Yves HOSTIN représentait MOM21 à une table ronde devant les représentants des RH de Renault Trucks France au côté d’un consultant de EY et d’un dirigeant de SOLVAY.

L’intervention a été très appréciée. De nombreux participants témoignant de leur intérêt pour l’expérience de Chronoflex qui s’est libérée après la baisse de 40% de son CA. Logo_Renault_trucks

Lire la suite ...

Les mots et les choses de l’entreprise libéré

Denis Bismuth

Pour en finir avec l’entreprise libérée ?

d7719bcd-7650-4f05-aa71-d784a6859475-medium

L’entreprise libérée ça fait jazzer.

 

Chacun y va de son improvisation sur son rève d’un monde meilleur !

C’est bien ! Mais je ne suis pas sûr de savoir ce que c’est que l’entreprise libérée.

« Encore une entreprise libérée ! » Quand j’entends parler ainsi d’entreprises libérées, j’ai souvent l’image martiale d’une carte de la France en guerre avec ses petits drapeaux et ses soldats gagnant du terrain sur l’ennemi. Et puis, quand je vais dans les entreprises je vois surtout des gens qui essayent de faire ce qu’ils peuvent dans les contraintes du travail.

J’ai essayé de rencontrer une entreprise pour lui demander ce qu’elle pensait de tout cela mais je n’ai pas réussi.

J’ai rencontré des chefs d’entreprise, des acteurs de l’entreprise, je suis allé dans des bâtiments d’entreprise, mais je n’ai encore pas réussi à rencontrer une entreprise.

 

Du coup j’en suis réduit à des conjectures :

Dans son sens le plus banal le mot « entreprise » représente l’institution dans laquelle les personnes sont censées se regrouper pour entreprendre et produire. Est–ce donc cela qui est à libérer ?

Est-ce l’institution qui est à libérer ? Les personnes qui sont dedans ? Et si ils n’ont pas envie de cette forme de liberté là qu’est ce qu’on fait ? La liberté ce n’est pas l’absence de contrainte c’est la possibilité de choisir ses contraintes. Ai-je le droit d’infliger à quelqu’un ma façon de le vouloir libre ?

 

Et si je refuse à quelqu’un le droit de choisir ses contraintes, est ce que je n’attente pas à sa liberté ?

« Une entreprise libérée » n’est pas une entreprise sans contrôle ni contrainte. C’est une entreprise qui change le niveau du contrôle : elle cherche à contrôler l’identité plutôt que l’activité. C’est une entreprise qui place la contrainte sur le partage des valeurs : ceux qui ne partagent pas les valeurs n’ont pas leur place dans le système.

C’est ni plus ni moins respectable que les entreprises du type taylorien qui placent le contrôle sur l’activité et qui ne se préoccupent pas de savoir quelles sont les valeurs qui mettent en mouvement les individus.

C’est juste pas la même chose !

 

Peut-on penser libérer une entreprise comme on libère un peuple opprimé (d’ailleurs libère-t-on un peuple opprimé ?)

Peut-on penser libérer une entreprise alors que personne n’est capable d’en désigner une ?

Parler ainsi d’une entreprise c’est persister dans l’anthropomorphisme primaire que véhiculent ceux qui font des séminaires sur les « valeurs de l’entreprise ». Une entreprise n’a pas de valeur (sinon sa valeur économique et financière). Les gens qui sont dedans ont chacun des valeurs et chacun tente de faire correspondre ses actes à ses valeurs. Et il est nécessaire à un moment de faire le point sur en quoi nos actes communs parlent de valeurs qu’on partage. Mais arrêtons de dire que l’entreprise a des valeurs ! Arrêtons de dire qu’il faut libérer une entreprise !

 

Il me semble que ce qui est à libérer c’est ce que les anglais appellent l’empowerment. C’est à dire la puissance des acteurs.

La question se pose de savoir quel est le contexte organisationnel qui va permettre à chacun d’exprimer sa puissance. Quelles protections et quelles permissions peut-on instituer pour que la puissance de chacun s’exprime ?

La question n’est pas de libérer l’entreprise en tant qu’institution, mais de libérer la capacité d’entreprendre des acteurs. Plus que d’entreprise libérée, on pourrait parler d’organisation capacitante (pas très commercial !). Ou si on est d’accord avec Yves Clot qui fait un lien entre les souffrances au travail et le travail empêché, on pourrait s’amuser à créer un néologisme comme l’entreprise exhibante qui serait le contraire de l’entreprise inhibante. Ça c’est vraiment inutilisable !

 

On peut aussi parler de « libérer l’entreprendre. » c’est déjà un slogan.

En tout cas il me semble qu’une bonne partie de la crédibilité de ce que nous ferons se trouvera dans notre capacité à sortir des métonymies et des métaphores anthropomorphiques qui nous conduisent irrémédiablement dans des glissements de sens.

Sortir aussi des concepts commerciaux pour aller vers des définitions moins ‘martiales’. Le martial et le management, c’est déjà une vieille histoire. Voir ces entreprises où l’on parle de « manager de première ligne » ou « d’état major ». Sans aller chercher des concepts rébarbatifs comme l’organisation capacitante, quelle étiquette pourrions nous poser sur ce projet qui le nomme d’une juste manière ?

En ayant une perception martiale de l’entreprise libérée on ne fait que perpétuer cette conception guerrière de l’entreprise.

 

Lire la suite ...
Page suivante »