Pascal Jouxtel – Décembre 2019

Quand on cherche à transformer les organisations, jusque dans leur gouvernance, en partant non pas des titres et rapports de commandement mais des relations de travail réelles entre les acteurs, on est souvent bien en peine de savoir mieux représenter visuellement une organisation non-hiérarchique. D’autant plus qu’une longue tradition de hiérarchie en râteaux nous a éduqué le regard et le crayon, à peine remplacée ça et là par des représentations en boites ou en patatoïdes… D’autant plus également que les théories des organisations se sont elles-mêmes dispersées en nombreux courants, souvent très loquaces et riches en abstraction mais dont très peu abordent la question sur le plan sensoriel. Il est pourtant désormais fréquent de penser la substance de l’organisation (1) comme un assemblage de liens dont beaucoup sont informels, occasionnels et néanmoins facteurs de décisions. Pour amener les acteurs eux-mêmes à penser et représenter leur organisation, on peut libérer le visuel et même le kinesthésique mais ensuite, pour mettre les choses au propre, on n’a souvent que des photos à coller dans une présentation PowerPoint ! Donc pas question de pouvoir retravailler dessus.
Heureusement, la nouvelle discipline de la “data visualization” (Dataviz pour les amis) prolonge le travail de recherche sur les réseaux et la théorie des graphes, avec des logiciels de représentation qui offrent l’avantage, par exemple, de connecter entre eux des personnes, des projets, des structures, des processus métier, etc. Il est alors possible de représenter les agrégats de personnes en fonction de ce qui les connecte réellement entre elles ( intérêts, spécialités, affinités…) et non plus en fonction d’un “cadre organisationnel” de reporting et de commandement.

C’est ce que nous avons testé pour vous, en regardant trois logiciels disponibles sur le marché : Kumu (le plus médiatique), Graph Commons (le plus pratique) et l’open source Metamaps version bêta (de très loin le plus prometteur, un vrai bonheur de voir leur bande-annonce). Très franchement, après une exploration intuitive très rapide des offres, de l’ergonomie et de la relation user-site, et en attendant que Metamaps monte en puissance, je me suis pour l’instant arrêté sur Graph Commons qui propose un très bon équilibre entre performance, simplicité d’usage, freemium et animation de communauté.
C’est donc sur cet outil que vous pouvez découvrir la structure de gouvernance du MOM21, avec un cercle qui relie les autres cercles…

(1) Martinet et Pesqueux, Épistémologie des sciences de gestion, Vuibert Paris 2013

N’hésitez pas à vous amuser avec le graphe … et votre souris … c’est fait pour ça 🙂

Vous pouvez commencer par cliquer sur l’icone en bas à droite qui vous centrera le graphique … et hop, après c’est à vous !
Le CAC est un organisme vivant … pour plus d’informations, c’est par là => Vivre MOM21